Les Accords de 1904
© 2017 Institut Entente Cordiale

Les Accords du 8 avril 1904

 

Lord Salisbury et Paul Cambon délimitant les zones d'influence en Afrique pour la Convention franco-britannique de 1899

En marge des visites d’État, des mondanités et des réceptions, les négociations pour régler les différends diplomatiques avaient repris entre Delcassé, lord Lansdowne et Cambon, sous l’œil approbateur de Joseph Chamberlain, l’homme fort de la Grande-Bretagne, et néo-francophile de marque.

L’accord signé à Londres, stipula que les Anglais renonçaient au Maroc et que les Français faisaient de même pour l’Égypte. L’Espagne devait être consultée, les ports marocains ouverts au commerce et Tanger laissée libre. Problème annexe également réglé par les diplomates : Terre-Neuve. Depuis le Traité d’Utrecht en 1713, les Anglais étaient maîtres de Terre-Neuve et avaient autorisé les Français à y pêcher des poissons sur certaines parties de la côte. Le homard, crustacé à la mode au début du siècle, n’avait alors pas été évoqué. D’où une interdiction faite aux pêcheurs français de s’approvisionner en boëtte, poisson servant d’appât pour le homard. Les différends sur le Siam, Madagascar et les Nouvelles-Hébrides furent réglés également.

La Chambre des communes à Londres, et plus difficilement, la Chambre des députés à Paris, entérineront cette convention.

L’Entente cordiale avait pour objectif la paix. En anglais, l’accord de 1904 est traduit par the anglo-french agreement. Davantage que le Royaume-Uni, c’était avec l’Angleterre donc, l’ennemie héréditaire, que la France eût à resserrer ses liens d’amitié. Les deux nations avaient raté ce rendez-vous au Camps du Drap d’Or en 1520 et durant toute l’histoire moderne. En 1843, l’Entente cordiale n’avait été qu’un hors-d’œuvre. Cette fois-ci, la France et l’Angleterre allaient traverser les épreuves du siècle ensemble.

Pourtant, la convention de 1904 n’était pas un traité d’alliance. Elle était bien plus encore !

 The Franco-British Declaration


ARTICLE 1

His Britannic Majesty's Government declare that they have no intention of altering the political status of Egypt.
The Government of the French Republic, for their part, declare that the will not obstruct the action of Great Britain in that country....
It is agreed that the post of Director-General of Antiquities in Egypt shall continue, as in the past, to be entrusted to a French savant.
The French schools in Egypt shall continue to enjoy the same liberty as in the past.

ARTICLE 2

The Government of the French Republic declare that they have no intention of altering the political status of Morocco.
His Britannic Majesty's Government, for their part, recognise that it appertains to France, more particularly as a Power whose dominions are conterminous for a great distance with those of Morocco, to preserve order in that country, and to provide assistance for the purpose of all administrative, economic, financial , and military reforms which it may require.
They declare that they will not obstruct the action taken by France for this purpose, provided that such action shall leave intact the rights which Great Britain, in virtue of treaties, conventions, and usage, enjoys in Morocco, including the right of coasting trade between the ports of Morocco, enjoyed by British vessels since 1901.

ARTICLE 3

His Britannic Majesty's Government for their part, will respect the rights which France, in virtue of treaties, conventions, and usage, enjoys in Egypt, including the right of coasting trade between Egyptian ports accorded to French vessels.

ARTICLE 4

The two Governments, being equally attached to the principle of commercial liberty both in Egypt and Morocco, declare that they will not, in those countries, countenance any inequality either in the imposition of customs duties or other taxes, or of railway transport charges. The trade of both nations with Morocco and with Egypt shall enjoy the same treatment in transit through the French and British possessions in Africa. An agreement between the two Governments shall settle the conditions of such transit and shall determine the points of entry.
This mutual engagement shall be binding for a period of thirty years. Unless this stipulation is expressly denounced at least one year in advance, the period shall be extended for five years at a time.
Nevertheless the Government of the French Republic reserve to themselves in Morocco, and His Britannic Majesty's Government reserve to themselves in Egypt, the right to see that the concessions for roads, railways, ports, etc., are only granted on such conditions as will maintain intact the authority of the State over these great undertakings of public interest.

ARTICLE 5

His Britannic Majesty's Government declare that they will use their influence in order that the French officials now in the Egyptian service may not be placed under conditions less advantageous than those applying to the British officials in the service.
The Government of the French Republic, for their part, would make no objection to the application of analogous conditions to British officials now in the Moorish service.

ARTICLE 6


In order to ensure the free passage of the Suez Canal, His Britannic Majesty's Government declare that they adhere to the treaty of the 29th October, 1888, and that they agree to their being put in force. The free passage of the Canal being thus guaranteed, the execution of the last sentence of paragraph 1 as well as of paragraph 2 of Article of that treaty will remain in abeyance.

ARTICLE 7

In order to secure the free passage of the Straits of Gibraltar, the two Governments agree not to permit the erection of any fortifications or strategic works on that portion of the coast of Morocco comprised between, but not including, Melilla and the heights which command the right bank of the River Sebou.
This condition does not, however, apply to the places at present in the occupation of Spain on the Moorish coast of the Mediterranean.

ARTICLE 8

The two Governments, inspired by their feeling of sincere friendship for Spain, take into special consideration the interests which that country derives from her geographical position and from her territorial possessions on the Moorish coast of the Mediterranean. In regard to these interests the French Government will come to an understanding with the Spanish Government. The agreement which may be come to on the subject between France and Spain shall be communicated to His Britannic Majesty's Government.

ARTICLE 9

The two Governments agree to afford to one another their diplomatic support, in order to obtain the execution of the clauses of the present Declaration regarding Egypt and Morocco.
In witness whereof his Excellency the Ambassador of the French Republic at the Court of His Majesty the King of the United Kingdom of Great Britain and Ireland and of the British Dominions beyond the Seas, Emperor of India, and His Majesty's Principal Secretary of State for Foreign Affairs, duly authorised for that purpose, have signed the present Declaration and have affixed thereto their seals.

Done at London, in duplicate, the 8th day of April, 1904.

(L.S.)LANSDOWNE
(L.S.)PAUL CAMBON

SECRET ARTICLES

ARTICLE 1

In the event of either Government finding themselves constrained, by the force of circumstances, to modify their policy in respect to Egypt or Morocco, the engagements which they have undertaken towards each other by Articles 4, 6, and 7 of the Declaration of today's date would remain intact.

ARTICLE 2

His Britannic Majesty's Government have no present intention of proposing to the Powers any changes in the system of the Capitulations, or in the judicial organisation of Egypt.

In the event of their considering it desirable to introduce in Egypt reforms tending to assimilate the Egyptian legislative system to that in force in other civilised Countries, the Government of the French Republic will not refuse to entertain any such proposals, on the understanding that His Britannic Majesty's Government will agree to entertain the suggestions that the Government of the French Republic may have to make to them with a view of introducing similar reforms in Morocco.

ARTICLE 3

The two Governments agree that a certain extent of Moorish territory adjacent to Melilla, Ceuta, and other presides should, whenever the Sultan ceases to exercise authority over it, come within the sphere of influence of Spain, and that the administration of the coast from Melilla as far as, but not including, the heights on the right bank of the Sebou shall be entrusted to Spain.
Nevertheless, Spain would previously have to give her formal assent to the provisions of Articles 4 and 7 of the Declaration of today's date, and undertake to carry them out.
She would also have to undertake not to alienate the whole, or a part, of the territories placed under her authority or in her sphere of influence.

ARTICLE 4

If Spain, when invited to assent to the provisions of the preceding article, should think proper to decline, the arrangement between France and Great Britain, as embodied in the Declaration of today's date, would be none the less at once applicable.

ARTICLE 5

Should the consent of the other Powers to the draft Decree mentioned in Article I of the Declaration of today's date not be obtained, the Government of the French Republic will not oppose the repayment at par of the Guaranteed, Privileged, and Unified Debts after the 15th July, 1910.

Done at London, in duplicate, the 8th day of April, 1904.

(L.S.) LANSDOWNE
(L.S.) PAUL CAMBON

 

 

DÉCLARATION CONCERNANT L'ÉGYPTE ET LE MAROC


ARTICLE I.

Le Gouvernement de Sa Majesté Britannique déclare qu'il n'a pas l'intention de changer l'état politique de l'Égypte. De son côté, le Gouvernement de la République Française déclare qu'il n'entravera pas l'action de l'Angleterre dans ce pays en deman­dant qu'un terme soit fixé à l'occupation Britannique ou de toute autre manière, et qu'il donne son adhésion au projet de Décret Khé­divial qui est annexé au présent Arrangement, et qui contient les garanties jugées nécessaires pour la sauvegarde des intérêts des por­teurs de la Dette Égyptienne, mais à la condition qu'après sa mise en vigueur aucune modification n'y pourra être introduite sans l'assenti­ment des Puissances Signataires de la Convention de Londres de 1885. Il est convenu que la Direction Générale des Antiquités en Égypte continuera d'être, comme par le passé, confiée à un savant Français. Les écoles Françaises continueront à jouir de la même liberté que par le passé.

ARTICLE II.

Le Gouvernement de la République Française déclare qu'il n'a pas l'intention de changer l'état politique du Maroc. De son côté, le Gouvernement de Sa Majesté Britannique reconnaît qu'il appartient à la France, notamment, comme Puissance limitrophe du Maroc sur une vaste étendue, de veiller à la tranquillité dans ce pays, et de lui prêter son assistance pour toutes les réformes administratives, économiques, financières, et militaires dont il a besoin. Il déclare qu'il n'entravera pas l'action de la France à cet effet sous la réserve que cette action laissera intacts les droits dont, en vertu des Traités, conventions, et usages, la Grande-Bretagne jouit au Maroc, y compris le droit de cabotage entre les ports Marocains dont bénéficient les navires Anglais depuis 1901.

ARTICLE III.

Le Gouvernement de Sa Majesté Britannique, de son côté, respec­tera les droits dont, en vertu des Traités, Conventions, et usages, la France jouit en Égypte, y compris le droit de cabotage accordé aux navires Français entre les ports Égyptiens.

ARTICLE IV

Les deux Gouvernements, également attachés au principe de la liberté commerciale, tant en Égypte qu'au Maroc, déclarent qu'ils ne s'y prêteront à aucune inégalité, pas plus dans l'établissement des droits de douane ou autres taxes que dans l'établissement des tarifs de transport par chemin de fer. Le commerce de l'une et l'autre nation avec le Maroc et avec l'Égypte jouira du même traitement pour le transit par les posses­sions Françaises et Britanniques en Afrique. Un accord entre les deux Gouvernements réglera les conditions de ce transit et détermi­nera les points de pénétration. Cet engagement réciproque est valable pour une période de trente ans. Faute de dénonciation expresse faite une année au moins à l'avance, cette période pourra être prolongée de cinq ans en cinq ans. Toutefois, le Gouvernement de la République Française au Maroc et le Gouvernement de Sa Majesté Britannique en Égypte se réservent de veiller à ce que les concessions de routes, chemins de fer, ports, etc., soient données dans des conditions telles que l'auto­rité de l'État sur ces grandes entreprises d'intérêt général demeure entière.

ARTICLE V.

Le Gouvernement de Sa Majesté Britannique déclare qu'il usera de son influence pour que les fonctionnaires Français actuellement au service Égyptien ne soient pas mis dans des conditions moins avantageuses que celles appliquées aux fonctionnaires Anglais du même service. Le Gouvernement de la République Française, de son côté, n'aurait pas d'objection à ce que des conditions analogues fussent consenties aux fonctionnaires Britanniques actuellement au service Marocain.

ARTICLE VI.

Afin d'assurer le libre passage du Canal de Suez, le Gouvernement de Sa Majesté Britannique déclare adhérer aux stipulations du Traité conclu le 29 Octobre 1888, et à leur mise en vigueur. Le libre pas­sage du Canal étant ainsi garanti, l'exécution de la dernière phrase du paragraphe 1 et celle du paragraphe 2 de l'Article VIII de ce Traité resteront suspendues.

ARTICLE VII.

Afin d'assurer le libre passage du Détroit de Gibraltar, les deux Gouvernements conviennent de ne pas laisser élever des fortifica­tions ou des ouvrages stratégiques quelconques sur la partie de la côte Marocaine comprise entre Melilla et les hauteurs qui dominent la rive droite du Sébou exclusivement. Toutefois, cette disposition ne s'applique pas aux points actuelle­ment occupés par l'Espagne sur la rive Marocaine de la Méditerra­née.

ARTICLE VIII.

Les deux Gouvernements, s'inspirant de leurs sentiments sincère­ment amicaux pour l'Espagne, prennent en particulière considération les intérêts que l'Espagne tient de sa position géographique et de ses possessions territoriales sur la côte Marocaine de la Méditerranée; et au sujet desquels le Gouvernement Français se concertera avec le Gouvernement Espagnol. Communication sera faite au Gouvernement de Sa Majesté Britan­nique de l'accord qui pourra intervenir à ce sujet entre la France et l'Espagne.

ARTICLE IX

Les deux Gouvernements conviennent de se prêter appui de leur diplomatie pour l'exécution des clauses de la présente Déclaration relative à l'Égypte et au Maroc. En foi de quoi Son Excellence l'Ambassadeur de la République Française près Sa Majesté le Roi du Royaume-Uni de la Grande­-Bretagne et d'Irlande et des Territoires Britanniques au-delà des Mers, Empereur des Indes, et le Principal Secrétaire d'État pour les Affaires Étrangères de Sa Majesté Britannique, dûment autorisés à cet effet, ont signé la présente Convention et y ont apposé leurs cachets.

Fait à Londres, en double expédition, le 8 avril 1904.


ARTICLES SECRETS


ARTICLE I

Dans le cas où l'un des deux Gouvernements se verrait contraint, par la force des circonstances, de modifier sa politique vis-à-vis de l'Égypte ou du Maroc, les engagements qu'ils ont contractés l'un envers l'autre par les Articles IV, V et VII de la Déclaration de ce jour demeureraient intacts.

ARTICLE II

Le Gouvernement de Sa Majesté Britannique n'a pas l'intention de proposer, quant à présent, aux Puissances de modification au régime des Capitulations et à l'organisation judiciaire en Égypte. Dans le cas où il serait amené à envisager l'opportunité d'intro­duire à cet égard en Égypte des réformes tendant à assimiler la légis­lation Égyptienne à celle des autres pays civilisés, le Gouvernement de la République Française ne refuserait pas d'examiner ces proposi­tions, mais à la condition que le Gouvernement de Sa Majesté Britan­nique accepterait d'examiner les suggestions que le Gouvernement de la République Française pourrait avoir à lui adresser pour intro­duire au Maroc des réformes du même genre.

ARTICLE III

Les deux Gouvernements conviennent qu'une certaine quantité de territoire Marocain adjacente à Melilla, Ceuta, et autres Présides doit, le jour où le Sultan cesserait d'exercer sur elle son autorité, tomber dans la sphère d'influence Espagnole et que l'administration de la côte depuis Melilla jusqu'aux hauteurs de la rive droite du Sébou exclusivement sera confiée à l'Espagne. Toutefois, l'Espagne devra au préalable donner son adhésion for­melle aux dispositions des Articles IV et VII de la Déclaration de ce jour, et s'engager à les exécuter. Elle s'engagera en outre à ne point aliéner tout ou partie des terri­toires placés sous son autorité ou dans sa sphère d'influence.

ARTICLE IV

Si l'Espagne, invitée à adhérer aux dispositions de l'Article pré­cédent, croyait devoir s'abstenir, l'arrangement entre la France et la Grande-Bretagne, tel qu'il résulte de la Déclaration de ce jour, n'en subsisterait pas moins et serait immédiatement applicable.


ARTICLE V

Dans le cas où l'adhésion des autres Puissances ne serait pas obte­nue au projet de Décret mentionné à l' Article l de la Déclaration de ce jour, le Gouvernement de la République Française ne s'opposera pas au remboursement au pair, à partir du 15 Juillet 1910, des Dettes Garantie, Privilégiée, et Unifiée.

Fait à Londres, en double expédition, le 8 Avril, 1904.

Lord Lansdowne
Paul Cambon